Notre choix pédagogique: Charlotte Mason

La décision de se jeter dans l'aventure IEF était prise, et après, qu'est-ce qu'on fait? Rêver d'une belle salle de classe à domicile n'était pas le tout. Le problème le plus urgent à régler c'était: qu'y ferait-on et comment?
Par chance, en tant que prof de français, je suis déjà capable de gérer un gros morceau des apprentissages indispensables... mais le reste? Notre premier réflexe fut de s'en remettre au CNED ou une autre école par correspondance, mais cela nous a vite passé: nous retirions nos enfants du système scolaire parce qu'ils étaient en souffrance et que celui-ci ne leur était pas adapté. A quoi bon, si c'était pour reproduire la même chose à la maison? C'est ainsi que nous nous sommes penchés sur les pédagogies alternatives et y avons découvert notre bonheur: je vous présente madame Charlotte Mason. Je vais essayer d'expliquer en quelques point ce qui nous a conquis

Pédagogie alternative Charlotte Mason: 10 raisons pour lesquelles nous l'avons choisie.


Enregistrer
Tout d'abord: c'est une méthode d'enseignement, pas un programme. Ce point, dont j'imagine qu'il est pour certains un défaut, représente pour nous un bol d'air de liberté, la promesse d'une vie pleine de perspectives, de choix, d'aventures, de surprises...En premier lieu, j'ai lorgné du côté de chez Montessori, comme un peu tout le monde cherchant des alternatives à l'EN, je suppose. Et c'est vrai qu'il y a bien des aspects qui m'y plaisent mais, ho misère, c'est beaucoup trop rigoureux pour nous! Soyons honnête, je serais absolument incapable de m'y tenir: trop de préparatifs, trop de matériel (couteux, de surcroit), trop d'organisation, définitivement pas dans mes capacités tout ça...

Pour autant, ce n'est pas non plus du "unschooling". J'ai visité quelques blogs de famille complètement en informels. Je suis sincèrement admirative. Je serais incapable d'un tel lâcher-prise, j'aurais bien trop peur de louper quelque chose d'essentiels dans l'instruction des enfants et cela m'angoisserait. Et du coup, le unschooling perdrait tout son intérêt... Attention: je suis totalement pour que les enfants soient libres de satisfaire leur curiosité naturelle, et je suis convaincue que même un enfant qui a l'air de rien faire apprend beaucoup plus qu'on ne l'imagine... Mais il y a un certain cadre auquel je ne suis pas prête à renoncer. Et eux non plus, du reste. Sans non plus faire "l'école à la maison", sinon à quoi bon les en avoir sorti??? En cela la pédagogie Mason me semble un juste milieu, je trouve qu'elle atteint un bon équilibre entre apprentissages académiques, formels et liberté de développer ses propres compétences et passions. Je la vois un peu  comme un voyage: je sais que nous partons du point A et que nous nous dirigeons vers le point B. Mais j'ignore quelles seront les petites étapes de notre aventure: camping à la belle étoile, détour par un chemin de traverse, rencontre inopinée, qui sait ce qui nous attend?

La place donnée à la littérature et particulièrement à ce que Charlotte Mason appelle les "living books". Je suis passionnée par la littérature, je l'ai étudiée, j'en ai fait mon métier. Entre mes collections de romans et les livres d'art de mon cher et tendre, trouver la place de caser de nouveaux rayonnages de bibliothèques est un problème récurrent chez nous. Mettre la lecture au centre des apprentissages nous apparait comme une évidence, et c'est la pédagogie Mason qui répond le mieux à ce besoin.

D'autant plus qu'elle insiste sur la nécessaire qualité de la littérature proposée aux enfants et sur sa capacité à exalter l'imagination et élever les esprits. Ho, bien sûr, nos enfants ont eu leurs quotas de Trotro et Petit Ours Brun, et ils empruntent de nombreux documentaires à la médiathèque pour assouvir leur soif de connaissance. Mais je ne pense pas qu'il soit bon pour un enfant, même tout petit, de vivre en permanence trop terre à terre et les livres de contes, mythes, légendes, les grands classiques et ceux qu'on peut qualifier de "livres vivants" possèdent un supplément d'âme et en apprennent finalement  beaucoup plus sur la vie, les gens et les choses qu'un écrit supposément réaliste. Honnêtement, absorber (ingurgiter?) tout un tas de données sèches, on l'a tous fait, à l'école, les veilles d'interros... on se gave, on recrache tout le jour J, mais après qu'en reste-t-il? Tandis qu'aborder les faits d'un point de vue "vivant" joue sur l'émotions, sur l'affectif, éveille un intérêt sincère et marque plus durablement les esprits.

Autre avantage lié à l'utilisation de living books: il est plus simple de gérer les multi-niveaux et les différentes compétences. Chacun peut, à partir du même matériau de départ, choisir la direction dans laquelle il va faire ses recherches, et jusqu'où approfondir celles-ci, selon ses propres intérêts et capacités.

Charlotte Mason ne concerne pas que l'instruction, mais aussi l'éducation en poussant à l'acquisition de bonnes habitudes. Ceci m'a semblé absolument primordial lorsque nous avons décidé de nous lancer dans l'IEF. De mauvaises habitudes peuvent pourrir l'ambiance d'un foyer. Quand ce foyer est à la fois le lieu de vie et d'instruction, on est amené à y passer beaucoup de temps, ensemble. Dès lors, il me semble que construire de bonnes habitudes est juste une question de survie pour le bien être de tous.

Les leçons sont courtes et ça fait du bien. Ce qu'on exige parfois des enfants, rester des heures le séant vissé à une chaise sans rêver, est insensé. La majorité des adultes que je connais n'en serait pas capable mais trouve acceptable de l'imposer à leur progéniture. La concentration, ça s'acquiert avec l'âge (mais pas toujours), proposer des leçons courtes aux enfants permet de ne pas émousser leur attention et de les maintenir en alerte. (plus d'infos sur les leçons courtes ici).

Charlotte Mason insiste pour que l'on passe beaucoup de temps à l'extérieur, et ça nous plait. Nous avons la chance d'habiter un joli petit coin de campagne, avec des vaches et des poules  pour voisines et un joli petit bois et son ruisseau pour les sorties quotidiennes. Les petits n'aiment rien tant que d'aller se promener avec leur matériel d'artiste sous les bras pour observer la nature et la dessiner, et mon plus grand passe ses mois d'été à pêcher dans les étangs et construire des cabanes dans les arbres avec son ami en mode Tom Sawyer et Huckleberry Finn. Les préceptes de Mason concernant le "journal studies" ne pourraient pas mieux nous convenir. Tels des Monsieur Jourdain de la pédagogie alternative, nous faisions du Charlotte Mason sans le savoir, n'est-ce pas merveilleux?

L'importance de la narration: dans la pédagogie Mason, pas de tests ni d'évaluation. J'ai une sainte horreur des textes à trous et cases à cocher. La narration permet déjà de pallier deux soucis suscités: elle évite que l'enfant ne soit scotché à sa table à gratter bêtement  des trucs qui font pas trop sens, elle améliore la capacité de concentration et d'attention  (je sais que je vais devoir narrer l'histoire que maman lit, je dois écouter attentivement). Mais j'y vois encore d'autres avantages: Tipoussin a de grosses difficultés en écriture. Il est absolument incapable actuellement de maîtriser à la fois le graphisme, l'orthographe et le sens. S'il fait des efforts pour écrire sur les lignes, il manque des lettres, ou des mots. S'il réfléchit à l'orthographe, les lignes deviennes des vagues. S'il doit produire du sens... et bien difficile de contrôler quoique ce soit car c'est illisible. La narration lui permet de se focaliser uniquement sur son récit. Les autres points sont travaillés à part. Elle permet également de faire travailler la mémoire et la capacité à organiser ce que l'on veut dire. Autre intérêt enfin: la déscolarisation entraine moins de contacts et d'occasions de s'exprimer en public (en théorie du moins, dans la pratique je ne crois pas), mais elle peut être l'occasion d'apprendre à le faire mieux. Je trouve que l'aisance orale est très importante et que l'école ne propose pas réellement d'apprentissage satisfaisant de ce point de vue. Nous ne pratiquons l'exercice que depuis un mois, mais nous voyons déjà des améliorations: il y a moins de "heuuuu, behhhh" qui ponctuent les narrations. Il y a des efforts pour produire un récit structuré (début,péripéties,fin par exemple) même si bien sûr il y a de nombreux repentir en cours de route. Il y a également un net progrès dans la capacité des enfants à s'écouter l'un l'autre sans se couper la parole. Et ça, dans une grande famille comme la nôtre, qu'est-ce que c'est appréciable!

Enfin: la place faite aux activités manuelles et artistiques. Je suis convaincue que tout le monde a un talent, au moins un. Et qu'il faut du temps pour le découvrir et l'affirmer. Mes ptitspoussins aiment la danse, Poussinette en particulier rêve de devenir danseuse professionnelle. L'aînée est une artiste en herbe, sa chambre est encombrée de tout un tas de matériel hétéroclite et elle se passionne pour la photo depuis toute petite. Le grand, je l'ai dit plus haut est un "homme des bois" comme je l'appelle souvent. Bientôt il partira en camp pour restaurer un vieux château. Le plus petit passe son temps à dessiner des plans de machines incroyables, il veut devenir inventeur. Côté parents on dessine, peint, tricote, bricole, photographie et cuisine... entre autres. Notre planning inspiré CM va nous permettre non seulement de laisser une place à toutes ces passions, mais aussi d'en découvrir d'autres.

Voilà pourquoi la pédagogie Charlotte Mason nous a semblé le choix le plus judicieux pour notre famille: c'est celle qui correspond le mieux à notre rythme de vie, à nos goûts, à nos valeurs. Il est dommage qu'elle soit si méconnue en France car il me semble qu'elle pourrait être profitable à bien des types de familles, en IEF ou pas. Me voilà donc depuis des mois, écumant les sites, blogs et pinterest d'outre-manche où cette pédagogie est bien plus populaires. Je suis (très très) loin d'en maîtriser toutes les subtilités, mais je compte approfondir mes connaissances sur le sujet au fur et à mesure que j'instruirai mon cheptel. Et, bien sûr, partager mes plus belles découvertes sur ce blog.

Cet article vous a plu? Partagez-le!

REJOINDRE LA CONVERSATION

    Commentaires

0 commentaires:

Publier un commentaire